Qui je suis

Je m’appelle Joan. Je suis né en France dans l’Ardèche du sud dans des conditions assez particulières et toute ma vie se trouve « colorée » par un rapport singulier au surnaturel. En conséquence, ma manière d’être, de penser, d’agir, diffère de l’homo modernicus. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai une relation privilégiée avec le monde du double, le monde des esprits. Chose que j’ai longtemps cru être le lot du commun des mortels.

Ma vie est conduite par le monde des esprits, ce que je n’ai pas toujours vécu avec joie, et parfois avec négation. C’est peu dire que je n’ai pas choisi d’être chaman. Mais la notion de destin a tout son sens et ce ne sont pas les récriminations d’un humain qui vont changer les choses.

C’est par des visions puissantes et pénétrantes que la tradition Nordique s’est invitée dans mon esprit. Cela m’a amené à faire des rencontres inspirées et à intégrer cette tradition dans ma vie, jusqu’à en être dépositaire.

C’est aussi directement par des contacts, des visites, des rencontres – je pense notamment à Coyote Médecine – que je fus amené à vivre la tradition Sioux Lakota et à conduire certaines cérémonies de cette tradition.

Ce fut par une première et amicale rencontre avec Pierre Salivas, ethnomusicologue, que j’eus un premier contact avec la tradition Schuar (Jivaros). Quelques mois plus tard, je me trouvais inopinément dans une cérémonie Schuar. Cela continue depuis plusieurs années avec un uwishin (chaman) de cette tradition, je nomme Hilario Chiriap.

Mon nom est Joan Sigel dans la tradition Nordique, Tiblo Sungmanitou (Frère-Coyote) dans la tradition Sioux, Pinchu dans la tradition Schuar.

Alors que le chamanisme est à la mode en France, je vois avec regret de quelle manière, il est abordé par des êtres déboussolés, en quête d’une reconnaissance, cherchant à se singulariser, à faire un objet d’étude.
Il est frappant de voir des personnes ignorantes de cette voie, juger qu’un tel ou un tel est ou n’est pas un bon chaman. Ceux-là même qui jugent si les prestations d’un chaman doivent être rétribuées ou non.
Surtout, il faut de l’exotisme et des voyages, cela fait mieux. Perdus, dans leur cœur et ou leur âme, ils errent comme des prédateurs. Après avoir pris l’environnement et les richesses des peuples, maintenant, il faut s’accaparer leur sacré. D’autre vont s’ériger en commissaires politiques, en défenseurs des traditions et « autres » indiens pour décider à leur place.

Ceci n’est qu’un des aspects qui rendent la pratique chamanique dangereuse pour un chaman aujourd’hui en France. L’ancien pays des lumières et devenus le pays des ténèbres.

« Chaque personne que je rencontre est un enseignement ! »
Joan sigel Pinchu

Il est donc difficile pour moi de me réclamer d’une tradition : du mieux que je peux, j’essaie d’intégrer ses savoirs et ses puissances sacrées. Dans l’Europe d’aujourd’hui, j’ai une formation de psychothérapeute-analyste, une formation de naturopathe (en Allemagne). J’ai même dirigé pendant trois années un laboratoire de recherche en parapsychologie.

Mais, ces expériences pour enrichissante qu’elles soient m’ont toujours ramené dans le monde chamanique. Je rappelle que les chamans sont les premiers artistes, les premiers « prêtres », les premiers devins, les premiers thérapeutes, les premiers « spécialistes » du rêve, des symboles, etc.

La connaissance des Anciens, des Ancêtres, n’est pas encore surpassée, loin s’en faut. Sachons les écouter avec humilité. Nous sommes leurs petits enfants.

Je m’efforce d’associer le chamanisme à une force visant à l’évolution inexorable de la planète Terre, de L’Univers, de l’Humain.

Il est pour moi très important de vivre au plus près de la nature, des plantes, ces grandes enseignantes et amies. La nature est ma « bible ».

Le destin et les esprits m’ont conduit à soigner, accompagner, voir, être présent pour les autres.

En tant qu’homme-médecine, j’accueille les personnes en recherche de leur âme, du sacré, d’une guérison, d’un soutien ou d’accompagnement sur leur chemin.

Ce contenu a été publié dans Joan Pinchu. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.