Interview pour macrolivres.com

(Interview de Joan Pinchu, publiée sur le site :
http://www.macrolivres.com/fiches/le_chamanisme.php)

Qu’est-ce que le chamanisme ?

Je le perçois comme une expérience intime de l’être dans sa relation au monde.
C’est donc avant tout une expérience personnelle, une rencontre avec les forces qui habitent et animent l’univers. On pourrait dire qu’il a à voir avec la poésie. C’est donc cette expérience qui nous relie de la façon la plus subtile à l’univers.
En ce sens, on ne peut donc le réduire à une technique, une idéologie, une religion, une thérapie. Même si la plupart du temps nos contemporains l’ont oublié, le chamanisme est cette vision du monde qui a donné aux hommes : la médecine, l’art, la psychothérapie, l’art du rêve, la philosophie, la religion…


Le chamanisme est aussi pratiqué en France. Est-il calqué sur le chamanisme sibérien, asiatique, ou amérindien, ou possède-t-il ses propres spécificités ?

Nous vivons dans une société qui pour fonctionner a besoin de séparer, diviser et de classer, ceci est en opposition avec la pensée chamaniste. L’essentiel de la pensée chamaniste est universelle.

Donc, le chamanisme, qu’il soit sibérien, asiatique ou polynésien, fonctionne sur les mêmes principes. Lorsque je rencontre des chamans d’autres parties du monde, une fois quelques repères échangés, nous chamanisons ensemble sans aucune difficulté.
Les variantes auxquelles vous faites allusion sont des adaptations géographiques liées à l’environnement. Il est bien évident, que l’on doit agir différemment en Amazonie qu’au niveau du Cercle Arctique. De ce fait, les spécificités régionales ne doivent pas nous cacher l’essentiel.
L’Occidental aujourd’hui est à la recherche de son âme qu’il croit retrouver dans l’exotisme. Si le chamanisme sibérien garde toute sa valeur parce que respecté par le peuple sibérien, qu’a fait l’occidental de ses racines chamaniques ? La France possède un patrimoine chamanique très important, oublié, méprisé car incompris.
Voyez ces hauts lieux chamaniques que sont les grottes ornées de Lascaux, Cauvet, Gasquer et plus encore la Vallée des Merveilles au dessus de Nice, le mont Bego. Pour l’esprit éclairé, les empreintes de cette spiritualité se retrouvent en Europe, dans la poésie, le folklore, les contes et légendes, les guérisseurs et autres rebouteux.
Oui, bien sur le chamanisme en France possède ses spécificités de par son histoire extrêmement ancienne (40,000 ans) et l’influence du patrimoine Indo-européen.

Comment avez-vous découvert le chamanisme ?

C’est une question évidente et la réponse l’est beaucoup moins. En réalité, je n’ai jamais découvert le chamanisme, je l’ai toujours vécu de l’intérieur dès ma naissance. Très longtemps, j’ai cru que tout le monde vivait la même chose.

Comment s’y initier ? Qui peut être chaman ?

Ce sont deux questions d’actualité, terriblement d’actualité ! Tout d’abord, qui peut être chaman ? Contrairement à ce que pensent beaucoup de personnes, lce n’est pas une décision personnelle, c’est une question de destin.
C’est une réalité que beaucoup ne veulent pas voir et savoir tant leur égo, ou leur désir, ou bien encore leur imaginaire les entraîne vers un soleil qui va les brûler.

Lorsque nous venons au monde en tant que oiseau, notre destin est de voler dans les airs.
Lorsque nous venons au monde, en tant que poisson, notre destin est de nager.
Lorsque nous venons au monde, en tant que femme, notre destin est de vivre la féminité.
Lorsque nous venons au monde, en tant qu’homme, notre destin est de vivre le masculin.
Lorsque nous venons au monde, en tant que chaman, notre destin est d’être chaman.

Etre chaman, jusqu’à aujourd’hui, implique trois conditions, vivre trois expériences :
une maladie très grave, la folie, la mort. Les vivre consciemment et s’en sortir tout seul.

Je rappellerai aussi que la fonction sociale du chaman est très importante.

En raison de la mode ambiante et du renouveau chamaniste, beaucoup se sentent une vocation que par honnêteté et compassion, je souhaite en avertir de la dure réalité.

Le futur chaman choisit par les esprits est initié par l’expérience, les rêves, les visions et par l’accompagnement d’un autre chaman.
C’est dire que l’initiation est double, d’une part dans le monde visible et d’autre part dans le monde invisible.

Ce que je dis là vaut pour sa fonction de chamanique dans son sens le plus strict. Par contre, il est possible d’être sur le chemin chamanique en tant qu’ homme ou femme-médecine, c’est-à-dire porteur d’une tradition. Chaque homme ou femme-médecine reçoit les symboles, mythes et rituels d’une tradition, tout en ayant sa propre spécialité « gardien des rêves, guérisseurs, voyant, etc…. »

Selon vous, est-ce une pratique en voie de disparition ou êtes-vous optimiste quand à son avenir ?

Cette spiritualité est une expérience ancestrale de relation au monde et ne peut donc se réduire à une pratique. Il est né avec l’apparition de l’homme sur Terre et disparaîtra, si l’espèce humaine disparaît. Ce qui m’amène à dire qu’elle est la condition même de la survie de l’espèce humaine.
Ce que je vous confie dans cet interwiew n’est pas une construction intellectuelle mais une vision très directe de ce qui est en jeu aujourd’hui. Ce n’est pas son avenir qui est en cause, mais bien l’avenir de l’être humain.

Bien entendu, l’aspect collectif , donc social, du chamanisme, n’échappe pas au bouleversements que vit l’Univers actuellement. Sur toute la planète, les Traditions chamanistes se rencontrent, échangent, et les pratiques s’interpénètrent, un nouvelle forme est en train de naître sous nos yeux.
Mais, je le répète, il ne s’agit que de la forme extérieure, les fondements du chamanisme restant les mêmes. De toute évidence, chacun, chaman ou non, est amené à faire un saut de conscience extraordinaire en sortant de l’individualisme.

Ce contenu a été publié dans Joan Pinchu. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.