La guérison chamanique

C’est une des fonctions essentielles du chaman dont il s’agit.
Du plus profond des âges l’être humain a ressenti le besoin de se libérer de ses maux physiques et de ses tourments de toutes sortes.
Il en est de même aujourd’hui.
Mais notre monde occidental a changé.
L’ « évolution »  extrême vers l’individualisme, la technologie à outrance, l’absorption massive de produits chimiques de synthèse, la course à l’argent, isolent de plus en plus l’être humain de la nature et lui font perdre son âme.

De plus, il y a pléthore de techniques, de thérapeutes, ce qui conduit la personne en souffrance, vers la confusion.
À qui se confier ?
Ceci conduit à une crise grave : la perte de confiance entre le patient et le thérapeute.
De plus, avec l’explosion des thérapies émerge une résistance à la guérison.
De nombreuses personnes consommatrices de thérapies, au fond d’elles mêmes n’ont pas le désir de guérir véritablement.
Leur consumérisme n’étant qu’une manœuvre d’évitement.
On recherche le miracle, mais dans le même temps, on interdit qu’il ait lieu.
En foi de quoi, le recours au guérisseur traditionnel (le chaman) est en disparition dans nos contrées.
D’autant plus que l’inconscient sent bien que se confier à un chaman va toucher des choses profondes.

Mais qu’en est-il de la guérison chamanique ?
Il s’agit d’une guérison qui prend en compte                                                                     la totalité de la personne et surtout son âme.
La guérison chamanique est une guérison de l’âme.

Le chaman répond à une demande. Un accord est passé entre le chaman , la personne et parfois avec sa famille sur les modalités de son action.
Le chaman va opérer en deux temps : le diagnostic et la cure.
Chamaniquement, il s’agit de déterminer la nature du ou des troubles :

1 – nature purement physique : infection, blessure par exemple
2 – trouble ou perte de l’âme : troublée par des esprits malveillants, attaque de sorcellerie, rapt de l’âme par des esprits ou des morts, etc…
3 – trouble d’origine spirituelle : par exemple enfreindre un tabou

S’il s’agit d’un trouble physique, le chaman a recours aux plantes médicinales et/ou à la pharmacopée traditionnelle.
Il peut déléguer cette action à un guérisseur.

Dans les autres cas, il devra opérer une action chamanique qui se traduit par une séance chamanique dans laquelle la transe plus ou moins prononcée aura une large place.
Le chaman doit voyager dans le monde des esprits afin de savoir la nature exacte du mal et la façon de le traiter.
Car seule cette connexion avec l’autre-monde permet d’accéder au mode de soins adéquat.
En effet, il y a des techniques spécifiques de guérison mais en aucun cas leur application ne peut être répétitive.
Chaque guérison est une expérience nouvelle pour le chaman, à chaque fois c’est un défi.     Et à chaque fois, le chaman met sa vie en jeu.
Au cours de la séance le chaman appelle ses esprits alliés , il peut d’ailleurs se transformer lui-même en animal.
Lors de la guérison chamanique est mis en lumière le rapport de la personne au monde, les liens symboliques, la structure mythologique, le comportement de la personne par rapport au sacré donc à la vie.
Les rêves ont leur importance en ce domaine.
La séance de guérison chamanique n’est pas un retour au passé comme dans la psychothérapie.
Elle approche le monde de la personne en souffrance comme chaotique, en désordre.
Il ne s’agit pas de réparer, mais d’amener ce monde-là à son terme puis de permettre l’émergence chez l’individu d’un nouveau monde en harmonie.
On termine un cycle de vie afin d’offrir l’opportunité de s’épanouir dans un nouveau cycle de vie, c’est toujours la thématique mourir pour renaître.

 

Les éléments de la guérison chamanique :

Fumigations : encens, plantes, tabac

Massages

Sudation

Emétiques

Succion ou aspiration

Transe chamanique

Usage du tambour

Chants parfois danse

Objets chamaniques :

Bâton,

Offrandes,

Tissus de couleurs,

Pierres,

Plantes sacrées,

Cristaux,

Feu,

Eau,

Air,

Terre,

Plumes

La pratique de la guérison est source de nombreux dangers pour le chaman.
Pour cette raison, je suis attentif à tout signe et à pratiquer chaque acte avec une intense attention lorsque j’opère.
De même, j’ai comme principe de dissoudre le mal plutôt que le transférer sur une autre personne, une plante, un animal.
J’ai la vision de la personne dans son existence, sa vie antérieure et sa vie postérieure, Soigner l’âme c’est plus que soigner une vie, une existence, c’est aider l’âme dans son parcours cosmique.
Cela m’amène à évoquer une chose dont on parle peu. Il existe le tabou de l’inceste qui est normalement connu de chaque humain, mais il y a également un tabou spirituel qui est celui du destin.
Je prend garde de respecter ce tabou spirituel qui est celui du destin.
S’il est louable d’aider son prochain et d’être dans la compassion, cela l’est moins si l’on agit pour des motifs d’orgueil ou autres travers psycho-émotionnels.
Le TABOU SPIRITUEL est celui du DESTIN :                                                                            On ne peut interférer dans le destin d’une personne pour satisfaire des motifs tout à fait personnels. C’est vraiment porter atteinte à une personne que de l’empêcher de vivre des expériences.

Les spectateurs d’une guérison chamanique sont loin de savoir les enjeux réels et le drame cosmique qui se déroule du fait qu’ils sont séparés de l’univers.
Cette ignorance les conduits à sous-estimer la valeur de l’acte de guérison chamanique.
Le chaman le sait et ne s’en offusque pas.

N’hésitez pas à prendre contact pour toute question ou même pour partager votre expérience.