L’hydromel

L’hydromel est également une boisson d’immortalité, mais celle des dieux et dans l’autre monde. Nous avons là un exemple de reliance attestée : la bière pour les guerriers, les aristocrates, les vivants et d’autre part l’hydromel pour les morts et les dieux. Ces deux liquides sacrificiels ont un autre point commun, c’est leur origine. Pour produire l’un comme l’autre, il nous faut de l’eau avec toute la symbolique que cela implique. Mais l’eau dans les cosmogonies possède procède aussi d’une même nature que le lait. Que ce soit l’eau ou le lait, nous sommes dans registre originel, d’enfance, d’âge d’or, du début d’un cycle.

Dans les fêtes et cérémonies Nordiques et Celtique on consomme selon l’évènement soit la bière, soit l’hydromel soit les deux : l’ivresse est alors rapide et complète.

Nous avons alors la relation entre le monde des morts et celui des vivants. Mais dans le domaine nord euroasiatique : l’hydromel est la boisson de la connaissance, Odhinn lui-même par un vol s’approprie un peu de l’hydromel de la connaissance gardé dans un chaudron par un géant.

Il faut sur la coupe faire le signe
Évitant ainsi qu’elle te nuise
Et jeter l’ail dans le liquide ;
(Alors je sais que pour toi
Jamais hydromel
Ne sera empoisonné)

Toutes furent grattées
De celles qui étaient gravées,
À l’hydromel sacré mêlées
Et largement diffusées
Elles se trouvent chez les Ases
Elles se trouvent chez les Alfes
Certaines parmi les sages Vanes
Certaines chez les humains.
Du Nord je vis
Chevaucher les fils des nuits sans lune
À sept en tout.
À pleines cornes
Ils buvaient l’hydromel
De la source de Baugregin (source de savoir)

Ces noms de walkyiries sont : puissance, éclat, vacarme, lance pointée vers l’avant, paralysie du guerrier, bataille, temps des lances, ravage des boucliers. Ces noms sont on ne peut plus explicite.
Et si l’on pouvait encore douter du caractère sacré et divin de l’hydromel :

Toutes furent grattées
De celles qui étaient gravées,
À l’hydromel sacré mêlées,
Et largement diffusées ;
Elles se trouvent chez les Ases,
Elles se trouvent chez les Alfes,
Certaines parmi les sages Vanes,
Certaines chez les humains

La simple sagesse nous appelle à la modération en tout. Le simple mortel peut confondre le sens des choses et donc transformer une chose sacrée en une chose sans âme. Il est logique de considérer que se « nourrir » de choses sans âmes en vient à altérer notre âme. Dans notre société, nous pouvons voir comment un liquide sacrificiel devient un breuvage de grande consommation.

À ce sujet, les textes enseignent la médecine, la suite étant la cure chamanique.

Nous te conseillons, Loddfafnir,
Et toi que tu puisses apprendre ces conseils.
Tu en jouiras, si tu les apprends,
Ils te seront bénéfiques, si tu les suis.
Contre la beuverie de bière,
Choisis la force de la terre
Car la terre guérit l’excès de bière,
Le feu, les maladies contagieuses,
Le chêne les constipations,
L’épi la sorcellerie,
Le sureau, les querelles domestiques
Contre frénésie, faut invoquer la Lune,
L’alun les morsures d’insectes,
Et les Runes le malheur,
Le sol guérit les vomissements