Introduction à l’étuve sacrée (hutte à sudation)

Il est une médecine chamanique quasi universelle. Cette pratique est connue de traditions fort différentes de la Sibérie en passant par l’Amérique du nord et l’Amérique centrale jusqu’à des pays d’Afrique ou du moyen orient. Il existe comme dans toute pratique chamanique une adaptation culturelle et géographique. La hutte de Sibérie est un petit tipi fait de perches, d’écorces aplaties, de mousses alors que la hutte amérindienne est hémisphérique et recouverte pour la cérémonie de peaux ou de couvertures. En Amérique centrale cela peut-être une hutte faite de pierres sèches ou un bain de vapeur dans une maison.

De cette médecine est née la pratique du sauna dans les pays scandinaves et dans la zone d’influence russe.

La Tradition Sioux Lakota, nous offre avec la cérémonie de l’INITIPI ; c’est-à-dire le rituel de purification par le souffle du Grand-père, la forme la plus élaborée de cette médecine.
La structure, l’orientation, la disposition des éléments et le déroulement du rituel constituent une synthèse de la cosmogonie et de la mythologie amérindienne.
Là où l’ignorant ne verra qu’une vague hutte de branchages s’exprime en fait la plus haute forme de sacralité. Cette cérémonie, nous permet outre la purification de nous rapprocher voire de rencontrer le grand mystère de l’esprit et de la vie.

De nombreuses personnes comparent ces cérémonies au sauna. Cette manière de voir est bien représentative de notre société qui s’est si bien séparé de la nature, du monde et du spirituel qu’elle ne peut percevoir que le niveau matériel et parcellaire des choses.

L’étuve sacrée est en réalité un extraordinaire outil de purification, mais c’est bien plus que cela.

Sur un plan matériel, l’étuve est une médecine ; elle permet au corps de se libérer de ces toxines, d’améliorer la circulation sanguine et la respiration interne. Elle soulage les organes et nettoie la peau en profondeur. Il s’agit d’une action régénérative générale d’où cette sensation de légèreté et de retrouver de nouvelles forces.

L’étuve sacrée, était utilisée pour une démarche plus pratique encore. Les chasseurs notamment amérindiens passaient par la hutte à sudation pour avoir une meilleure chance à la chasse et se débarrasser des odeurs corporelles humaines afin de ne pas être senti par le gibier.

Au niveau social, l’étuve sacrée est utilisée dès qu’une personne a un problème, ou que le groupe social est perturbé.
Le fait de vivre un rituel communautaire de purification est un excellent moyen de dissoudre les tensions sociales.
Le rituel en lui-même offre à l’individu la possibilité de se mettre en accord avec les forces naturelles et spirituelles. Il pose et met en mouvement les énergies symboliques au travers du support mythologique que partage la communauté.
Les Européens d’aujourd’hui sont gravement coupés de leurs racines véritables et sont dans une confusion mythologique propice aux dérives sectaires, matérialistes, en bref à la perte de leur âme individuelle et collective.

À ce titre, l’expérience de l’étuve sacrée est une formidable opportunité de se relier aux énergies élémentaires : eau, air, feu, terre.
À partir de là, la reliance au sacré devient possible. Il arrive aux cours de ces cérémonies de vivre une expérience de « ravissement », d’être transporté dans un état de béatitude profonde, une expérience de transcendance qui bouleverse. C’est l’occasion d’être inspiré, d’avoir une vision.

Mais, on le comprendra aisément, l’étuve sacrée offre un espace de guérison tout d’abord par son action de nettoyage de l’organisme, du corps dans son ensemble. Les « médecines « présentes dans l’étuve revêtent une grande importance. Pour cette raison, l’homme ou la femme-médecine qui dirige la cérémonie doit accorder une importance capitale à chaque élément présent dans la hutte sous peine au mieux de déconvenues, au pire de dangers.

Il faut bien comprendre que la hutte à sudation met en œuvre, met en mouvement, c’est-à-dire qu’elle catalyse ce qui est présent dans la hutte que ce soit des éléments physiques ou des éléments psychiques ou subtils.

Tout ceci met en lumière l’importance de la personne qui conduit la cérémonie :d’elle va dépendre la qualité de l’expérience. On ne peut s’improviser homme ou femme-médecine, cela requiert de réelles et solides compétences.

Le plus difficile est la saine perception du monde magique et du monde spirituel.
L’étuve sacrée permet d’être libéré ou protégé des actes magiques de basse sorcellerie et/ou de malveillance. Le rituel nous renforce face à des masses d’énergie générée par des états émotionnels négatifs. La peste émotionnelle est d’une force trop souvent sous-estimée.

Le fait de se relier au sacré, d’être en prise directe avec le spirituel crée un canal énergétique. Cette relation directe entre la terre et le ciel en traversant l’homme conduit une force équilibrante. Si l’on permet à cette force de circuler, si on l’accueille, nous sommes purifiés, corps, âme et esprit. L’objectif de la cérémonie de l’étuve sacrée est alors atteint.