Pratique de la Transe

Choisissez un endroit tranquille où vous ne serez pas dérangé, préparez de la musique, des percussions africaines, vaudou, d’une culture qui vous plaît. Il est important que ce soit un peu répétitif, long. Vous vous mettez debout, et commencer à faire vibrer vos jambes des talons jusqu’à ce que cette vibration vienne habiter tout votre corps afin de lui permettre d’entrer dans une forme d’expression corporelle totalement débridée et incontrôlable. Vous aurez pris soin d’écarter les objets dangereux dans votre lieu. Pour les débutant, je conseille de se bander les yeux.

Mais avant tout, la préparation psychique est le gage de la réussite. N’envisagez de faire cette expérience que dans un moment où vous le désirez vraiment, qu’une sorte d’émotion, une joie vous habite à l’idée de pratiquer. Ensuite vient ce qui n’est pas facile pour tout le monde : le lâcher prise. La manière dont on aborde cette expérience en conditionne les résultats. Pendant l’expérience, il vous faut ignorer l’environnement et votre corps. C’est-à-dire ne pas vous préoccuper d’une fatigue, d’une crampe, d’une douleur, d’une gêne. À cela, réagissez par l’acceptation, ignorez les désagréments, concentrez vous uniquement sur le fait de laisser bouger votre corps à sa guise suivant les percussions. Considérez votre corps, comme quelque chose d’étranger.

Très important, soyez attentif à votre respiration, laissez la libre de suivre le rythme de la musique, laissez la s’amplifier.

Psychologiquement, n’essayez surtout pas de « faire », de « vouloir » mais plutôt de vous abandonner à l’expérience. Oublions toute philosophie, toute vision du monde, soyez plutôt dans l’ouverture, l’acceptation de ce qui se passe et de ce qui peut surgir dans votre esprit.

Une technique facilite l’entrée dans un autre état de conscience, il s’agit de la convergence oculaire. Pour ce faire, il convient de faire converger son regard vers un point entre les deux yeux, en arrière dans le cerveau. Au début, c’est un peu dur mais cela devient facile avec la pratique.

Et maintenant, n’oubliez pas l’adage chamanique :

Expérimente et tu sauras !