Stafr – le bâton runique

Le vieux Norrois possède de nombreuses appellations pour le bâton runique. Il faut dire que celui-ci avait différents usages. Mais son utilité principale reste encore et toujours, l’acte magique.

Le bâton runique est soit gravé soir peint de runes bien mystérieuses pour le profane. Mais n’en est-il pas de même de nos jours ? A l’époque de la religion des anciens scandinaves, posséder la science des runes revenait à disposer du savoir, de la sagesse, du don de voyance et de prophétie et de bien d’autres pouvoirs à la fois craints et convoités, comme par exemple celui de maîtriser les opérations magiques.

L’usage du bâton runique :
Message : pour convoquer les jarl au thing (tribunal), pour transmettre une alerte, un jugement ou un événement particulier. Mais, ce bâton était peu ou pas gravé de runes, c’était surtout sa forme qui à elle seule évoquait le message.

Marque : de nombreux bâtons runiques étaient des marques de propriétés. La notion de propriété renvoyant à la notion de ODAL , le patrimoine avec les responsabilités et devoirs inhérents à ce statut social. Parfois, il s’agissait d’une marque de fabrique ; l’artisan affirmant alors sons savoir faire, sa science en particuliers chez les forgerons, qui comme on le sait sont familiers au monde chamanique.

Magique :la plupart des bâtons Runiques découvert par les archéologues sont porteurs de formules de protection contre les revenants, formules de guérisons, formules d’infamie, formules incantatoires et tout ce que peut comporter l’univers de la magie. Formules par une multiplication de la même rune ou formule lapidaire ou bien encore par la présence du Futhark complet, ce qui évoque alors, une personne qui dispose d’une parfaite connaissance de la Tradition Nordique.